Valérie Belair, experte SVP

Titulaire d’une maîtrise en Physique / Chimie, Valérie Belair est experte pour SVP dans le domaine de la Chimie et de la Santé. Son domaine d’intervention couvre les questions liées à la sécurité et la conformité des produits, notamment tous les produits pharmaceutiques, produits cosmétiques, dispositifs médicaux. Elle répond aussi aux questions liées à la réglementation des EHPAD et les établissements de santé. Avant d’intégrer SVP, Valérie a travaillé dans les services de contrôle des produits finis dans l’industrie du verre, puis dans le secteur pharmaceutique.

La chimie et la santé sont des domaines très étendus, a quel type de questions répondez-vous ?

Les clients nous interrogent sur des sujets très variés. Les questions portent aussi bien sur les remboursements, la tarification des hôpitaux financés par l’assurance maladie que sur la prise en charge des transports de patients. J’accompagne également les entreprises ou collectivités concernées par la production ou la gestion de produits dangereux et de déchets. Ou encore la réglementation sur les Installations Classées pour la Protection de l’Environnement (ICPE).
Il y a aussi une forte demande sur le sourcing de produits pharmaceutiques en France et à l’international. Cela peut porter sur les produits chimiques, mais aussi les matières premières de cosmétique. L’aspect réglementaire suscite aussi beaucoup de demandes. Le périmètre est large ! Ce qui nous a amené à renforcer nos équipes.

Certaines questions sont-elles plus fréquentes ?

Dans la lignée des nouvelles réglementations nous avons beaucoup été interrogés sur la problématique des sacs plastique ! Comme vous le savez, depuis le 1er juillet 2016, il est interdit pour tous les commerçants de mettre sur le marché des sacs de caisse en matière plastique à usage unique. Certains distributeurs nous demandent par exemple s’il y a une période transitoire pour mettre sur le marché des sacs à présent non conformes ?

A l’identique, les collectivités nous appellent beaucoup également concernant l’utilisation de produits phytosanitaires. Depuis le 1er janvier 2017, il est interdit d’utiliser ces produits (désherbants par exemple) dans les lieux publics mais cela ne s’applique pas aux produits de bio contrôle. Est-ce que les cimetières sont eux-aussi concernés ? Et les terrains de football ? Les questions abondent !

L’Asie suscite aussi beaucoup d’intérêt. Parmi les questions, nous avons ainsi répondu sur les tendances des produits cosmétiques en Corée du Sud ou les fournisseurs d’acétate de calcium en Chine entre autres demandes sur cette région.

2017 est riche en nouvelles réglementations et lois. Quels sujets surveiller en priorité ?

Le contexte réglementaire de protection de la santé et de l’environnement, de traçabilité touche de plus en plus nos clients. Parmi les deux principaux, citons en matière de santé, un nouveau système de tarification pour les EHPAD. Ces établissements sont désormais obligés de passer un contrat de CPOM (Contrats Pluriannuels d’Objectifs et de Moyens) avec l’ARS et le Conseil départemental.
Il faudra aussi surveiller le règlement REACH. Avant le 31 mai 2018, les entreprises mettant sur le marché ou utilisant de une à 100 tonnes d’une substance chimique devront l’enregistrer auprès de l’Echa.

Si vous êtes concernés, n’hésitez pas à me contacter, nous vérifierons ensemble les modalités !