Le Big Data tenait salon le 6 et 7 mars dernier au Palais des Congrès.  Franc succès et preuve de la dynamique du secteur, 13 000 visiteurs sont venus arpenter les allées du Palais Congrès pour deviser avec les 150 exposants présents ou écouter la centaine d’intervenants au gré des conférences et ateliers.

Un engouement du public à l’aune des prévisions financières réalisées pour ce marché, estimé à 18,5 milliards de dollars d’ici à 2021. Si les mises en production restent encore rares, environ 10 % des entreprises ont déployé un chantier big data, chacun a bien compris que la donnée était désormais au cœur de la connaissance de son environnement.

Les nouvelles capacités de traitement massif de la donnée déstructurée offertes par Hadoop, MongoDB ou encore Spark, a bouleversé l’approche des métiers et des modèles d’analyse. Rappelons-le, contrairement au datamining classique, le big data part de donnée pour créer des modèles statistiques. Ce changement de paradigme évolue de pair avec la technologie et amène de nouveaux usages qui doivent encore être pensés et évalués par les métiers.

Big Data : les métiers prescripteurs

Comme le notait un conférencier, ce sont principalement les métiers qui bousculent l’IT et obligent la DSI à bouger : chacun veut utiliser le big data, les assureurs pour la gestion de risque, l’anticipation des risques, le marketing pour la fidélisation ou la détection des tendances, la poste pour trier le courrier l’industrie pour la maintenance prédictive etc. Les usages et scénarios sont infinis.
Reste que le salon a surtout été l’occasion pour l’écosystème à échanger et dialoguer sur les avancées de cette matière protéiforme, s’informer sur les infrastructures disponibles et s’inspirer des cas d’usages.

Tendance majeure : l’intelligence artificielle, le cerveau de la donnée

Netflix, Amazon, Havas, SAP, IBM, Google, Uber… tous sont venus détailler leur infrastructure, leur cas d’usages et évangéliser sur l’utilisation combinée du big data, du machine learning et de l’intelligence artificielle. L’intelligence artificielle pour le traitement de la donnée était la vraie tendance de ce salon.

Ce couplage entre big data et machine learning s’impose de lui-même. Comme le rappelle Florent Perronnin, responsable de recherche sur l’intelligence artificielle pour Facebook, « le big data n’a aucune valeur sans l’intelligence qui permet de l’analyser et d’y accéder de manière efficace. L’intelligence artificielle a besoin de la donnée pour apprendre de nouveaux modèles. »
Avec en moyenne 2,3 trillions d’octets de données générées chaque jour, l’importance de donner du sens aux données est plus prégnante que jamais. D’autant plus que cette inflation de la donnée est exponentielle.

L’internet des objets : 100 milliards d’objets connectés

Outre les échanges entre individus, l’explosion annoncée des objets connectés va créer un big bang de la donnée. D’ici à 2030 les analystes prévoient 100 milliards d’objets connectés ! Au vu de cette projection, l’intelligence artificielle s’impose là aussi comme indispensable pour contextualiser la donnée et interagir avec cette multitude d’objets. Cette intelligence sera aussi nécessaire pour créer de la communication et interfacer les objets entre eux.

La conférence à ne pas manquer : Yves Bigot sur l’attaque de TV5 Monde

Yves Bigot TV5 monde

Yves Bigot, Directeur Général, TV5 Monde

La sécurité est l’autre sujet prédominant du Salon Big Data : 68 % des entreprises ont déclaré avoir été attaquées en 2016. Avec la collecte de données en utilisant de multiples canaux, l’entreprise prête potentiellement le flanc aux attaques de toutes sortes, tout comme les objets connectés encore peu sécurisés et pourtant au cœur de la ville de demain. Yves Bigot de TV5 monde est venu rappeler la cyberattaque dont sa chaîne a été victime en avril 2015. Neutralisé pendant 24 h, les 12 chaînes de TV5 monde ont affiché un écran occupé par un message de l’État islamique. Pourtant l’enquête menée par l’ANSSI, démontrera que l’attaque émanait d’un groupuscule de pirates ukrainiens rappelle Yves Bigot.

Outre le risque de la perte d’audience, TV5 monde a perdu 9 millions d’euros en 24 h. Depuis, le groupe a investi dans la sécurisation de ses infrastructures en confiant la surveillance de son système à Airbus. Ajouté à cette protection, le groupe a édité un viatique destiné à l’hygiène sécuritaire de chacun des collaborateurs du groupe. Autant de mesures onéreuses, environ 3 millions d’euros par an. Pour Yves Bigot, le message est clair, « Une entreprise qui ne prend pas en compte la situation de cyberattaque et de cyberguerre sur la planète fait une erreur de gestion majeure. » Ce que confirmait Guillaume Poupard le directeur général de l’ANSSI en conférence d’ouverture du salon pour qui, « Jusqu’à présent, la cyber sécurité, qui relevait de la direction des systèmes informatiques, n’a pas été un sujet stratégique pour les entreprises. Il doit aujourd’hui le devenir. »

Les trophées du salon Big data

Trois catégories étaient mises en avant cette année : B2B, B2C et start-up. Deux finalistes ont été sélectionnés dans chaque catégorie par un jury. Chaque finaliste est venu défendre son projet devant le public.Ce dernier votait par SMS pour départager chacun des lauréats.

COVEA : trophée B2B pour son « data store » interne

La réalisation de l’assureur Covea XD Store a conquis le public. En quelques mots, Covea met à disposition de ses salariés des milliers de jeux de données identifiables via un moteur de recherche et des recommandations personnalisées. L’enjeu est de travailler sur l’attrition des clients ou la fidélisation.

Tellmeplus : trophée B2C sur la prédiction des pannes de voiture.

Tellmeplus a développé un module de permettant d’évaluer l’état d’un moteur en temps réel et de prédire les pannes. Pour ce faire, le module emporte l’historique de plusieurs millions de moteurs.

Zelros : trophée startup pour son assistant conversationnel

Zelros a présenté un assistant conversationnel pour l’entreprise. Fondé sur des technologies de langage naturel (NLU) et du machine learning, ce robot conversationnel fournit en temps réel et de manière interactive des données clés sur l’entreprise.

Sopra-Steria, prix spécial du jury pour la géolocalisation par satellite

La collecte localisation satellite (CLS) mis en œuvre par Sopra-Steria a recueilli le prix spécial du jury. Ce système de traitement en temps réel de multiples sources satellitaires s’appuie sur un data lake et se donne comme objectif la remontée d’alertes et d’étude de zones surveillée : détection de rencontre de navires, mouvements de zones surveillées, mouvement d’animaux, etc.

Salon big data Paris

 

SVP avec Faber Content

 

N’hésitez pas à contacter SVP Intelligence pour votre veille technologique