Un colloque portant sur le thème de l’Intelligence territoriale avait lieu au Sénat le 1er février dernier. Organisé par le CNER (Fédération des Agences françaises de développement), en partenariat avec SVP Intelligence et le groupe Caisse des Dépôts, le colloque a attiré de nombreux visiteurs et permis d’échanger avec des responsables politiques.

La manifestation avait pour objectif de dresser un état des lieux des avancées en matière d’Intelligence territoriale en France, de porter les débats, animés par Jacqueline Sala (rédactrice en chef de Veille magazine), sur les pratiques initiées ayant favorisé le développement des régions.

L’événement a également marqué le lancement d’un ouvrage « Intelligence économique des territoires : théories et pratiques » sous la direction d’Olivier Coussi et de Patricia Auroy.

Parmi les principales problématiques se sont posées les questions de la gouvernance : régionale, nationale, européenne ; de la création et de la nécessité de créer des réseaux pour permettre entraide entre les territoires et circulation de l’information ; de la sécurisation et de la défense des entreprises sur leur territoire ; de la nécessité d’avancer malgré la contraction des budgets publics.

 

Différents intervenants se sont succédés pour partager leur analyse sur la situation de l’Intelligence territoriale en France :

  • Sophie Primas, sénatrice des Yvelines et présidente de la commission des affaires économiques
  • Nicolas Moinet, professeur à l’IAE Poitiers
  • Chantal Hilaire, ancienne directrice adjointe de l’agence de développement de la Loire (ADEL 42), chef de projet Macéo
  • Christian Marcon, professeur à l’IAE Poitiers
  • Patricia Auroy, membre fondateur de la Société française de prospective
  • Olivier Coussi, maître de conférences à l’IAE Poitiers
  • Pascal Allizard, sénateur du Calvados, vice-président de la commission des Affaires étrangères, de la défense et des forces armées
  • Sophie Gaugain, première vice-présidente Développement économique de la région Normandie
  • Frédéric Cuvillier, président du CNER, ancien ministre, maire et président de l’agglomération de Boulogne-sur-Mer

 

Définition de l’Intelligence territoriale :

Le concept d’Intelligence territoriale (IT) se définit généralement comme la mise en application des principes de l’Intelligence économique, dans le cadre d’une action publique, au service du développement économique et industriel d’un territoire. Il s’agit d’un outil d’aide à la décision pour les collectivités.

Source : Portail de l’IE

Retour sur cet événement à travers quelques morceaux choisis :

L’IT aujourd’hui, c’est quoi ?

L’Intelligence territoriale aujourd’hui, correspond à deux courants qui évoluent en parallèle :

  • Une logique descendante avec une politique publique qui encadre les territoires à travers un plan d’actions définit à l’avance
  • Une logique ascendante dans laquelle un territoire correspond à la somme des initiatives de ses différents acteurs (citoyens, entreprises, pouvoirs publics…)

L’enjeu est de faire rencontrer ces deux logiques, dont les actions conjuguées conduiront à une réelle politique d’Intelligence économique.

L’exemple de la région Normandie, véritable pilote d’une démarche d’IT à la française

La région Normandie regroupe différents secteurs stratégiques : nucléaire, agroalimentaire, chimie, data… qui travaillent ensemble pour le développement et la sécurisation du territoire.

Afin d’amorcer la stratégie à mettre en place, les pouvoirs publics locaux ont amorcé une vaste réflexion et réussi à réunir 120 personnes, tous secteurs confondus, afin d’imaginer un plan d’actions en soutien au développement régional dont voici les principales initiatives :

  • Intégration de modules de formation à l’IE à l’ensemble de la chaîne : de l’apprenti à l’universitaire, en passant par les cadres dans les entreprises pour leur donner des valeurs communes autour des actions d’intelligence offensive et défensive ;
  • Mise en place d’outils opérationnels : un fonds normand d’investissement a été créé avec pour objectif de pouvoir entrer dans le capital des entreprises afin de les soutenir ; accueillir les nouvelles ; protéger des savoir-faire stratégiques pour les régions ; être en capacité de maintenir la dernière usine qui fabrique un procédé.

Bien que complexe à mettre en place – il a en effet fallu convaincre les institutions bancaires, européennes – cette expérimentation a porté ses fruits puisqu’en 18 mois elle a permis d’investir dans 28 entreprises locales, tous secteurs confondus (de l’industrie à la start-up). Cette démarche est devenue un des piliers d’attractivité de la région normande.

  • Création d’un réseau composé de 200 entreprises du patrimoine vivant dans le but de leur apprendre à travailler en réseau, à partager des projets et à échanger de l’information même en étant concurrentes.

Considérée comme hautement stratégique par les pouvoirs publics, la politique d’IT doit être pilotée en tenant compte des exigences de développement du territoire. C’est ainsi que fut créée une task force interne chargée de conduire la politique et d’initier les démarches d’IT, sans faire appel à des prestataires extérieurs (comme des cabinets de conseil). Recourir à une équipe interne a permis de faciliter sa mise en place et de simplifier l’action et la prise de décision en privilégiant un fonctionnement en circuit court.

Conclusion

Lors de cette manifestation, les élus et les responsables politiques ont tous tenu un discours homogène en soutien à l’activité des entreprises de leurs territoires.

D’autre part, on constate que le monde économique peut souvent être réfractaire à laisser les politiques se mêler de ses projets, de peur que l’impact soit négatif.

L’enjeu de l’Intelligence territoriale consiste à faire travailler ces deux mondes ensemble.

Comme le faisait remarquer un élu présent, il est pour cela impératif que le monde politique commence par respecter les règles de sécurité et de confidentialité et ne change d’orientation régulièrement, comme à l’occasion de la nomination d’un nouveau préfet par exemple.

Le sujet est actuel. Les différents acteurs doivent communiquer, apprendre à travailler ensemble et mutualiser leurs savoirs.

C’est le moment de relancer les choses.

 

Pour comprendre les enjeux de l’IT en France, passés et à venir, nous vous recommandons la lecture du dernier ouvrage du CNER : Intelligence économique des territoires : théories et pratiques

Intelligence territoire

SVP Intelligence

 

 

Par 

Anne-Cécile HENKES

Directrice des Études

 

Grégoire HENROTTE

Directeur des Veilles