Dans la panoplie de sources à disposition pour une veille en intelligence économique, les annonces de recrutement sont souvent une mine d’or pour le consultant. Contexte, nature des contrats, redondance des annonces, chaque élément d’une annonce est un signal faible dont la nature demande à être analysée.

Le premier avantage à surveiller les annonces de recrutement réside dans leur contextualisation. Le contexte décrit permet d’obtenir certains éléments sur la stratégie de l’entreprise : nouveau périmètre géographique, nouvelle gamme, nouveau positionnement commercial, déploiement à l’international, etc. Les exemples sont légion.

Ainsi au cours de nos recherches concurrentielles nous avons pu détecter la création d’une nouvelle gamme d’appareils de chauffage par un industriel. Comment ? Cet industriel a publié plusieurs annonces pour recruter des ingénieurs en R et D en étant assez précis sur le profil recherché et la mission confiée. À l’identique, cette annonce portant sur la recherche d’un directeur pour une nouvelle usine localisée en France dans les 9 mois à venir ne laissait planer aucune ambiguïté sur les intentions de cet industriel de l’agroalimentaire européen.

Toutes aussi révélatrices , bon nombre d’annonces indiquent une volonté de développement de leur activité commerciale. Ce fut notamment le cas pour ce cluster régional spécialisé en industrie mécanique qui recherchait activement un profil « commerce international ». Cette annonce laissait en effet suggérer la volonté des entreprises adhérentes de se positionner sur de nouveaux marchés à l’export. De nombreuses entreprises sont par ailleurs en quête de stagiaires dont le rôle sera de « constituer une base de données client », ou encore de développer le site de e-commerce de la marque.

La nature des contrats proposés : un indicateur de la santé des entreprises

La surveillance des entreprises se fait souvent sur du long terme . Analyser la nature des contrats au sein des annonces publiées est souvent révélateur de la croissance (ou non) de son activité. Ainsi, j’ai eu l’opportunité de suivre une start-up spécialisée dans le développement d’une plateforme de relation client qui au début de son activité le recherchait essentiellement des stagiaires. Elle s’est ensuite mise à proposer des CDD puis enfin des CDI. Les annonces suivaient ici clairement la croissance de l’activité de l’entreprise .

La difficulté à recruter : mauvais recruteur ou entreprise peu attractive ?

Un autre cas assez courant concerne la publication régulière d’une même offre de recrutement. Les hypothèses pour l’expliquer sont multiples. Tout d’abord le type de profil recherché est peut-être très difficile à trouver dans certains secteurs d’activité spécifiques. Mais cela pose également la question du niveau d’exigence de l’employeur. Trop élevé, il aura du mal à recruter le profil espéré .

L’attractivité de l’entreprise ou les conditions salariales proposées peuvent également être sources d’interrogation . Ici, nous avons de nombreux exemples. Un industriel de l’agroalimentaire qui tente de recruter un chargé de marketing depuis plus d’un an.

Ou encore ce groupe de presse toujours en recherche de nouveaux journalistes, chefs de rubriques ou autre poste de manière très récurrente. Dans ce dernier cas, l’histoire nous montre qu’il y a à la fois un défaut d’attractivité au regard des conditions de travail, mais aussi une faible rémunération proposée. Après des années de surveillance, cette entreprise est d’ailleurs aujourd’hui dans une passe financière délicate.

Mais il reste aussi une dernière hypothèse. La publication d’une même offre avec un intervalle de temps important peut aussi signifier que le candidat retenu dans un premier temps n’a finalement pas répondu aux attentes.

Quand le recrutement confirme une rumeur

Alors que certaines rumeurs peuvent être véhiculées sur les entreprises, les offres d’emplois permettent parfois de les confirmer ou de les étayer.
Les entreprises n’échappent pas aux rumeurs et parfois, les offres d’emploi viennent étayer voire confirmer une rumeur circulant depuis des mois. À l’exemple de cette entreprise en recherche d’un profil chargé d’affaires maîtrisant le portugais. Petit bonheur de l’analyste, il s’avère qu’une rumeur circulait alors sur l’éventuelle implantation de cette société au Brésil.

Recrutons cachés

Pour tenter de déjouer les veilles concurrentielles, nombre d’entreprises font appel à des cabinets de recrutement. Un bon moyen pour que leur nom n’apparaisse pas accolé à une fiche de poste. Vous trouvez alors cette entreprise leader dans l’injection plastique en Côte d’Or en quête d’un ingénieur R et D…
Même avec ce type d’annonce, il y a souvent des éléments de présentation susceptibles d’aider à l’identification de la source. Enfin, la volonté de la société de ne pas communiquer est déjà un élément d’analyse en soi.

Les annonces de recrutement ou la chasse de tête peuvent aussi avoir d’autres fonctions en Intelligence économique. Ce sera l’objet d’un prochain post.

Erwan Richard, veilleur à SVP

 

Vous souhaitez faire de la veille sur un secteur particulier, surveiller un concurrent ? N’hésitez pas à nous contacter