FINTECH en FRANCE:ÉTAT DES LIEUX

La Fintech est un secteur dynamique dans l’univers des startups. Ces disrupteurs des banques accaparent 10% du financement global des startups et connaissent des investissements en hausse constante avec 12,2 milliards de dollars en 2014, 19 milliards en 2015 et 22 milliards en 2016. En France, on assiste toutefois à un léger retrait entre 2014 et 2015, avec respectivement 238 millions d’euros et 167 millions d’euros investis.

Les startups françaises sont reconnues au niveau mondial. Trois des 156 startups Fintech recensées en France, Lendix, Leetchi et Fluo, sont présentes dans le classement 2016 des leaders mondiaux du secteur.

La vigueur du secteur en France s’explique par plusieurs composantes. Toute d’abord, une forte concentration du secteur bancaire qui créé des opportunités pour de nouveaux acteurs susceptibles de se démarquer. Ensuite, un environnement favorable avec la création par l’État d’un pôle de compétitivité : France Innovation. La création de l’incubateur Truffle Fintech et de l’association France Fintech qui regroupe 36 acteurs hexagonaux participent de cette dynamique.

L'écosystème des Fintech

L’écosystème des Fintech en France. (cliquez pour agrandir l’image)

 

L’OFFRE : le crowdfunding comme moteur des FinTech

En termes de service, on distingue cinq grandes catégories :

  • Les moyens de paiement alternatifs
  • Les comptes bancaires
  • Le crédit et le financement avec le financement participatif et l’affacturage digital
  • La gestion de l’épargne avec les robo-advisors
  • La gestion de budget
Le crowdfunding, moteur des fintechs

Le crowfunding est le principal service proposé par les fintech, suivi par les paiements

 

Selon Eurogroup, les FintTechs françaises se positionnent en majorité (37.5 %) sur le crowdfunding ou financement participatif et dans une moindre mesure sur les moyens de paiement alternatifs (29,6 %) dans l’univers B2C et B2B.
Le crowdfunding participe à plein du financement de la croissance en France. Ainsi les montants récoltés ont permis de financer 17 775 projets d’entreprises en 2015. Les prêts entre particuliers connaissent aussi une hausse, 86 % entre 2013 et 2014 tout comme les prêts entre entreprises.

Des chiffres qui démontrent un intérêt fort pour la désintermédiation financière. : 70 % des actifs distribués en France le sont par des acteurs historiques. Du point de vue des FinTech, le potentiel de désintermédiation est conséquent : 1,6 % des actifs étaient désintermédiés en 2012.

 

La demande

Pour conquérir le marché, les FinTech peuvent compter à la fois sur une évolution des comportements de consommation de service bancaire des Français et d’un besoin important en financement des entreprises.
Fin 2016, selon une étude KPMG, 36,2 % des consommateurs français affirment être clients d’une Fintech.
En 2014, 32 % des ménages français ont souscrit un produit d’épargne sur Internet et 32 % ouvert un compte en ligne. Mieux, 74 % des clients utilisent leur mobile pour gérer leurs dépenses.

Près de la moitié d’entre eux voient la disparition de la « paperasse », et la rapidité d’accès, tout comme la simplicité d’accés au service et la baisse des prix comme avantages liés au recours à une Fintech. Autre vivier séduisant, les jeunes n’hésitent plus à opter pour une banque en ligne ni à changer de banque.

Du côté des PME innovantes, 20 000 d’entre elles ne trouvent pas les quelque 90 milliards de financements nécessaires auprès des fonds de capital-risque ou business angels. En s’adressant aux investisseurs non qualifiés, les plateformes de financement participatif ont un véritable gisement de ressource pour les PME.

 

Les opportunités et menaces

En réinventant l’expérience client, les FinTech répondent à la défiance des Français vis-à-vis des banques. De plus, l’utilisation massive d’Internet pour réaliser des transactions ouvre la voie aux FinTechs, favorisées en outre par une réglementation européenne favorable à l’entrée de nouveaux acteurs. A contrario, la sécurisation des données reste un enjeu et un frein majeur pour ces startups qui se doivent de conquérir la confiance des clients et humaniser la relation. Une autre menace pour ces acteurs réside dans le développement de moyens de paiement sur smartphone par les GAFA.

Pour comprendre la fintech

La banque d’investissement BPI France a réalisé une infographie pour comprendre la Fintech. Très bien réalisée, elle synthétise ce qu’il faut savoir sur le sujet.

 

Infographie pour comprendre enfin la Fintech

Pour comprendre la Fintech

 

Vous souhaitez une synthèse sur un secteur ? N’hésitez pas à nous contacter !