Pressing

« Nettoyer, c’est rendre net, enlever les tâches, préserver l’intégrité de l’article et assurer une parfaite finition ».

Nous assistons aujourd’hui à un renforcement de la réglementation sur les techniques de nettoyage et plus particulièrement sur le perchloéthylène. Ce solvant, détachant et dégraissant, est en effet très volatile et s’avère être une substance très toxique, notamment pour les reins et les systèmes nerveux.

Un arrêté relatif aux prescriptions générales applicables aux installations classées pour la protection de l’environnement soumises à déclaration sous la rubrique n° 2345 relative à l’utilisation de solvants pour le nettoyage à sec et le traitement des textiles ou des vêtements a été mis en place le 5 décembre 2012, et annonce qu’au 1er janvier 2022, il n’y aura plus de machines au perchloéthylène en France.

Ainsi, pour réagir à cette suppression prochaine, la profession des pressings est dans l’obligation de s’adapter à de nouvelles techniques. Des dispositifs d’aides financières sont mis en place afin de les accompagner vers d’autres machines de nettoyage.

Nous pouvons citer dans cette démarche l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME).

QUELLES SONT LES NOUVELLES TECHNOLOGIES ?

Pour faire face à la disparition progressive du perchloéthylène, les 4 000 pressings existant en France ont renouvelé plus de la moitié du parc de machines.

Les pressings ont donc fait le choix d’adopter de nouvelles techniques :

  • L’aqua nettoyage (62 %) : cette technique est moins coûteuse, le prix des machines s’élevant à 20 000 euros contre 40 000 euros pour les machines au perchlo. N’utilisant plus ce solvant, les pressings ne sont plus considérés comme des installations classées. De ce fait, les contrôles sont moins nombreux et moins coûteux. En revanche, le repassage est plus lourd car le séchage, plus difficile, entraîne des vêtements plus froissés.

Il est nécessaire de préciser par un pictogramme si le vêtement peut résister à cette technique d’entretien.

  • D’autres solvants (38 %): on distingue les hydrocarbures 71 %, les mélanges hydrocarbures 13 %, autres molécules 16 %. Toutefois, ces solvants ont moins d’efficacité que le perchlo.

Selon Pierre Letourneur, Vice-Président de la Fédération Française des pressings et blanchisseries,  « il est important de préciser qu’il n’existe pas de pressings écologiques ».

L’ACCOMPAGNEMENT VERS CES NOUVELLES TECHNOLOGIES

Face à ces nouvelles technologies, les recommandations d’entretien sont essentielles en fonction de la composition des articles : lavage, blanchiment, séchage, repassage.

Les pressings et les consommateurs sont conduits à la maîtrise de la signification des symboles d’entretien. Des recommandations pertinentes peuvent être apposées. Des tests préalables sont effectués par les professionnels afin d’éviter toute catastrophe.

Le COFREET, Comité Français de l’Etiquetage pour l’Entretien Textile, a un rôle important à jouer. Il représente la filière Textile et Habillement, assure la bonne compréhension et la promotion des symboles d’entretien auprès des professionnels du secteur et des consommateurs.

Tous les symboles d’entretien textile sont référencés dans la norme ISO 3758:2012 qui établit un système de symboles graphiques destinés au marquage des articles textiles (liste de pictogrammes). La norme ISO 3175:2010, quant à elle, consiste à établir, valider et publier les méthodes de test, mises à disposition des professionnels, sur les différents procédés d’entretien professionnel, à savoir le nettoyage à sec et le nettoyage à l’eau des étoffes et des vêtements.

Pour utiliser les symboles d’entretien textile, vous pouvez contacter le COFREET – info@cofreet.com / www.cofreet.com

Les fabricants ont deux possibilités en matière d’étiquetage, soit préciser les différentes informations « en clair », en toutes lettres et dans la langue du consommateur final, ou utiliser les symboles d’entretien (rares exceptions au regard de certaines règlementations nationales).

Sur les étiquettes d’entretien, les consignes d’entretien sont représentées symboliquement, dans un ordre bien précis. On retrouve ainsi des indications concernant le lavage, le blanchiment, le séchage, le repassage et le nettoyage professionnel.

Les étiquettes textiles sont une source d’informations pour les consommateurs et les vendeurs. Elles leurs permettent un conseil optimal auprès de leurs clients. Les informations qui figurent sur les étiquettes, facilitent également les échanges entre les différents acteurs de la chaîne textile : fabricants, distributeurs, revendeurs ; le fabricant étant toujours responsable des mentions qu’il fait figurer sur une étiquette.

L’entretien des textiles est un sujet passionnant qui concerne à la fois les professionnels de l’univers textile, les marques, les distributeurs, les conseillers de vente. La communication sur tous ces procédés est essentielle pour assurer le nettoyage parfait des produits textiles.