Retour du Bourget pour Laurent Darquin, expert SVP en matière d’aéronautique et d’armement venu faire un point sourcing et innovations, tant civiles que militaires. Interview sur un secteur largement mis en avant cette année : les drones. Un marché à 4 milliards de dollars en 2015 mais qui pourrait avoisiner les 14 milliards en 2025 selon un récent rapport sénatorial.

Quelques premiers retours qui vous ont marqués tout d’abord ?

Des mensurations impressionnantes pour commencer : nous allons désormais du Gruman américain, presque 15 tonnes, 22 000 kms d’autonomie de vol et 210 millions de dollars jusqu’aux nanodrones de SILMACH, des microsystèmes électromécaniques (MEMS) en silicium de 1 gramme ! Pour le civil, c’est plus la généralisation du drone multi-applications qui est marquante : un même drone pour plusieurs d’usage, avec juste un changement de l’électronique embarquée (LIDAR) là où les matériels étaient très spécialisés auparavant. Enfin, la présence de nouveaux pays sur le marché : les turcs avec TAI, les chinois qui en sont à 20 heures d’autonomie ou encore la Suisse à côté des traditionnels américains, avec des états comme la Californie venue jusqu’ici pour recruter, ingénieurs et implantations de centre de recherche, ou les israéliens avec leur nouveau drone, parfaitement stable même avec 60 km/h de vent.

Et la France dans tout cela ?

Beaucoup d’innovations également pour rattraper notre retard. Thalès avec son drone de reconnaissance Spy’Ranger déjà en service. Safran, Dassault ou Azur Drones présentaient des modèles, et d’autres signaux sont encourageants comme le salon UAV Show prévu en 2018 à Bordeaux ou la naissance d’une Technopole dédiée aux drones à Brétigny sur Orge. La réglementation sur laquelle nous avions de nombreuses questions de nos clients est désormais complète, avec des arrêtés parus jusqu’en mars 2017. La liste des opérateurs, 270 pages quand même, est disponible de même que les obligations des télépilotes. Il est plus délicat d’obtenir une liste à jour de fabricants, le marché tend à se concentrer et se structurer.

Et côté nouvelles applications ?

Aujourd’hui, le marché se structure en trois parties :

• Les drones industriels avec de multiples usages : inspection des bâtiments, des réseaux ferrés ou électriques, diffusion du wifi dans les zones non couvertes, surveillance des zones agricoles, des études cartographiques, la vidéo haute définition, la production et le montage vidéo, la topographiques… De nombreux usages restent envisageables.
• Les drones de loisir avec le début des compétitions sportives spectaculaires, et une réglementation stricte de leur usage par les particuliers. Je suis assez septique à cet égard pour la livraison par drone sur une zone très urbanisée comme le promet Amazon.
• Les drones liés à la sécurité : là encore, ils deviennent de plus en plus compétitifs pour la surveillance de la circulation ou de sites sensibles, pour chasser les drones pirates…

Car c’est aussi une application possible des drones : aller chasser les drones menaçants !