Aujourd’hui, la cuisine est une activité synonyme de détente et d’échange avec la famille et les amis.

La recherche du plaisir, de l’authenticité et de la praticité est à l’honneur. Le bien être naturel est développé à travers les plats traditionnels, la cuisine végétarienne et végétalienne qui est saine pour le corps. Les consommateurs sont en quête du « mieux manger » en consultant l’internet des recettes, les blogs et les émissions de télévision. Ils fréquentent et s’offrent des cours de cuisine afin d’apprendre à faire maison et ensemble.

La cuisine devient alors un espace de vie où chacun se retrouve et met la main à la pâte. Les millennials sont les acteurs de cette nouvelle tendance, ils partagent des valeurs communes autour de la santé, de l’éthique, de la communauté et de l’expérience. Fans des technologies, ils utilisent le numérique notamment le smartphone et recherchent les ustensiles les plus professionnels et sophistiqués.

Les fabricants d’arts de la table et d’ustensiles de cuisine s’adaptent à ces nouveaux besoins et développent ainsi de nouvelles formes et couleurs.

Les assiettes sont communes et réalisées en bois, en ardoise et en pierre naturelle. La vaisselle est plus décontractée, les plats communs et les petites assiettes à tapas se partagent et permettent de manger avec les doigts, c’est la «  street food ». Les matières sont très souvent éco responsables, proches de la nature comme l’osier, le rotin. Les manches de casseroles sont réalisés en bois et en fécule de maïs. Les assiettes sont présentées avec des boissons telles que les vins et les bières. Les bières peuvent être aromatisées au thé, au whisky vieilli en fût. La verrerie devient plus colorée avec des designs originaux. Les boissons à base de plantes ont également la côte sur les réseaux sociaux. Cela s’inscrit dans la tendance « food mood » : les consommateurs se tournent vers des boissons à base de camomille, gingembre et lavande. Les matcha, cacao, kale, curcuma ou spiruline s’invitent dans les smoothies, lattes et les gâteaux.

Les apéritifs dinatoires sont à l’honneur et les mets sont dégustés en groupe. Cela traduit une nouvelle forme de sociabilité. Les adeptes de l’apéritif se retrouvent autour de « bowls » pour déguster des aliments naturels comme le quinoa, les noix de cajou, le guacamole. Les salades colorées côtoient les potages aux légumes et les pâtes. Certains aliments ont le vent en poupe comme les tartinables, les charcuteries apéritives et les crudités.

Les aliments colorés sont très prisés des consommateurs et s’adaptent aux arts de la table.

La couleur bleue est à l’honneur. Dans les thés, des fleurs bleutées sont ajoutées. Ces thés bleus sont très appréciés au Japon et commencent à se faire connaître en France.

Quant au vin, il est bleu aussi. Après le rouge, le blanc et le rosé voici le vin bleu, commercialisé par une entreprise de Sète qui se lance dans la commercialisation du « Vindigo », un vin aussi étrange que naturel. Du vin bleu turquoise qui doit sa couleur à la peau du raisin dans lequel il est filtré. «Ils prennent du chardonnay, ils le passent dans la pulpe de raisin rouge. Quand on regarde ce raisin, il y a un bleu dedans qui s’appelle l’anthocyane. Ils le filtrent dans cette peau et il sort ce vin bleu». Une couleur surprenante pour un vin pourtant naturel.

La couleur noire est aussi très présente dans les assiettes et les bols en céramique et grès. Cette couleur a supplanté le vert pour mettre en avant les aliments naturels et faire valoir la recherche des produits détox. La limonade au charbon est très prisée des blogueurs outre atlantique et envahit les supermarchés britanniques avant d’arriver en France.

La couleur violet est très tendance cette année, lavande, magenta, violet foncé et mauve se retrouve dans les arts de la table et les mets (choux, choux fleurs et thés).

Café et thé permettent de développer des théières à l’ancienne et des cafetières mettant en valeur l’arôme de ces boissons qui se dégustent à la fois chaudes et froides. Le « slow coffee » s’inscrit dans un mouvement où le consommateur prend le temps de faire son café, de rechercher la diversité des terroirs afin de réaliser le meilleur café. Le café latte et les cafés froids sont aussi très appréciés.

Le consommateur est de plus en plus sensible à l’éthique des produits et des pratiques culinaires. Il est très sensibilisé à la traçabilité des produits, à leur composition, leur origine, à leur apport nutritionnel et à leurs conditions de fabrication.

Ce qu’il faut retenir, c’est le gain de popularité du fait maison, la simplification des processus alimentaires, la protection du capital santé, le besoin de se retrouver en groupe, de chercher la convivialité autour de mets simples.